Biographie



Enfance

Dominique est née à Issoudun dans le département de l’Indre. Sa maman qui était institutrice à Châteauroux l’a élevée seule, de façon modeste. Dominique a vécu entre les murs de l’école maternelle où elle habitait et la propriété où son grand-père Octave était jardinier. Sa grand-mère Marie, une femme courageuse et passionnée de chant et de lecture, a sans doute été son premier public, et l’a beaucoup encouragée dans cette passion commune.

A quatre ans, Dominique connaît son premier succès public, en chantant toute seule sur la scène du Casino du Mont-Dore, accompagnée par un grand orchestre.
Petite fille, Dominique passe beaucoup de temps dans les arbres où elle peut rêver et observer le monde de loin.
De ses nombreux moments passés chez ses grands-parents, elle garde le souvenir des trésors du jardin de son grand-père, qui lui fait découvrir les arbres, les plantes, les insectes, le goût de la nature… Souvenirs qui ont inspiré sa chanson Mon grand-père jardinier et son livre Le jardin d’Albert dédié à Albert Jacquard.

Son adolescence se déroule entre des concours de chant, des cours de théâtre, de danse et une passion pour l’écriture, la poésie et les textes de grands auteurs : Brel, Brassens, Barbara, Aragon, Baudelaire…


Carrière

A 20 ans, après son bac et deux années de conservatoire d’art dramatique à Tours, elle s’installe à Paris pour suivre les cours de théâtre, de Bernard Bimont et Jean-Laurent Cochet, et fait la rencontre à Montmartre de son père qu’elle ne connaissait pas : le poète et célèbre parolier Bernard Dimey.

Très vite, elle commence à chanter ses propres chansons dans les cabarets parisiens et à jouer au théâtre avec notamment un rôle important avec Victor Lanoux dans Le Bonheur des dames d’Emile Zola mis en scène par Jacques Echantillon au Théâtre de la Ville. On peut la voir également à cette époque dans plusieurs téléfilms. Son premier rôle remarqué est Marie de Coubertin dans le film Pierre de Coubertin de Pierre Cardinal. Suivront d’autres rôles dans Arsène Lupin, Espionne et tais-toi, Une fille en automne, Et meurent les Géants

Actrice dans Entre ciel et mer

La grande série de France 2 Entre Terre et Mer de Hervé Baslé consacrera ses talents de comédienne avec le personnage de Marie-Louise et de compositeur avec le générique dont elle écrira la musique et interprétera la chanson La valse des marins également connue sous le titre  La valse du grand banc mélodie devenue un classique du répertoire breton et des marins.

En 1981, après la disparition de Bernard Dimey, elle enregistre l’album Dimey chante Dimey avec sa chanson écrite pour son père  Chanson pour Bernard,  et une dizaine de ses chansons préférées écrites par son père dont sa très belle version de Syracuse.

Entre 1980 et 1982 elle anime une émission dans une des premières radios décentralisées de radio France, Radio Melun, puis ensuite à Radio Berry sud.

En 1983, elle crée au Printemps de Bourges son premier spectacle Moi j’aime pas les papas mis en scène par Victor Lanoux. On la retrouvera par la suite, dans les festivals comme Chorus, à plusieurs reprises à l’Olympia et à Mogador.

En 1984, Dominique enregistre son premier 45 tours avec Ma vie est en carton et un duo avec Guy Béart.

Elle rencontre Claude Dejacques, grand directeur artistique qui a travaillé pour les plus grands labels : Philips, Festival, Pathé Marconi, Barclay et Vogue et accompagné de nombreux artistes comme : Catherine Lara, Barbara, Louki, Montand, Yves Duteil, Yves Simon, Claude Nougaro, Maxime Le Forestier, Jacques Higelin, Nicole Croisille,…

Elle aura deux enfants avec lui, Antonin et Manon.

Ils se marient en 1989 et resteront ensemble jusqu’au décès de Claude Dejacques en 1998.

 

Pochette CD Bonjour les bébésDevenue maman, Dominique écrit pour les plus petits et pour les mamans. Bonjour les bébés, son premier album pour les enfants, connaît un très grand succès. France 3 inaugure un programme pour les enfants en lui confiant l’écriture et la réalisation d’une première série de dessins d’animation Bonjour les papas pour les tout jeunes enfants avec les dessins de Pascal Pille. Le succès de cette émission conduit la chaîne à renouveler sa programmation pendant sept ans avec Bonjour les mamans et  Bonjour les bébés.

Dominique enregistre les chansons dans les albums qui portent les mêmes titres et part en tournée à travers la France pendant plusieurs années.

De 1988 à 1998, elle écrira dans le magazine « Bambi » pour les tout petits chez Disney Hachette presse, où elle publiera trois histoires originales par numéro. Les éditions Casterman lui demandent de réactualiser la série des Martine et une dizaine de nouveaux livres CD de cette célèbre collection.

On la voit également à la télévision pour interpréter ses propres chansons et celles de  Bernard Dimey  dans des émissions comme La chance aux chansons.

En 1990, on la retrouve à plusieurs reprises en première partie à l’Olympia.

En 1991, précisément le 10 Mai  elle donne dans cette salle mythique un grand concert en hommage à son père Bernard Dimey.

En 1996, la SACEM lui décerne le prix René Jeanne des jeunes talents.

Pochette CD de l'album "Enfants des ïles" de Dominique Dimey

Elle enregistre ensuite plusieurs albums : Enfants des îles en Martinique avec le groupe Malavoi, puis La boîte à chansons, et  La ronde des chansons, un très beau disque de comptines de chansons traditionnelles pour les enfants.

Pendant toutes ces années, Dominique enchaîne l’enregistrement d’albums et de tournées. Ses spectacles rassemblent un large public de parents et d’enfants conquis par ses  chansons qui parlent de l’enfance avec une grande sensibilité et beaucoup de poésie. Sa voix enchante les enfants qui se reconnaissent dans ses textes. Les mots de Dominique Dimey sont justes, son langage est simple et ses chansons parlent avec beaucoup de tendresse de la vie des enfants qu’elle rencontre ici, mais aussi à l’autre bout de la planète.
Au fil de ses albums, Dominique Dimey se fait remarquer par le monde de l’enseignement et de l’éducation pour son talent à aborder des sujets de société sensibles comme par exemple, l’inceste avec la chanson Pas une poupée” ou la violence verbale avec Des mots qui font peur.

En 1998, elle écrit et enregistre l’album J’ai droit à mon enfance en collaboration avec l’UNICEF et le ministère de l’Éducation Nationale et crée le spectacle du même nom qu’elle jouera beaucoup en France et à l’étranger. Elle publie un livre C’est le droit des enfants chez Actes Sud et crée l’association C’est le droit des enfants ! pour soutenir et accompagner les actions qu’elle décide de mener, en chansons, en faveur de la protection de l’enfance dans le monde.

 

En 2000, elle est l’invitée de sœur Emmanuelle dans l’émission de Michel Drucker Vivement Dimanche diffusée le 1er janvier pour marquer le changement de millénaire.

En 2001, ses chansons conduisent Dominique à Madagascar avec l’UNICEF pour chanter avec les enfants des rues. Cette tournée marque un tournant dans sa carrière de chanteuse et la renforce dans son engagement pour la cause des droits des enfants dans le monde.

En 2005, elle chante à Tannanarive à la demande de l’ambassadeur de France Alain Leroy pour la journée internationale du refus de la misère et effectuera jusqu’en 2008 des tournées dans toutes les alliances françaises de Madagascar.

 

Affiche Lettre à Georges Sand En 2004,  Dominique est invitée par le ministère de la Culture à participer aux événements de la célébration de la naissance de George Sand à Nohant. Elle écrira deux chansons qu’elle interprètera lors des cérémonies, avec quatre cents enfants des écoles de la région Centre.

Cette rencontre avec George Sand et la modernité de son oeuvre la décide à écrire “Lettres à George Sand”, un spectacle dédié aux femmes engagées et à la correspondance, qu’elle créera en résidence aux Bains-Douches de Lignières avec la soutien de la région Centre et de la Fondation de la Poste. (Ecouter la chanson J’suis la factrice du temps”)

En 2005, Dominique jouera ce spectacle avec succès en région parisienne, puis au Festival d’Avignon sur la scène du Théâtre du Monte Charge.

 

LE DÉFI POUR LA TERRE Tournée en France

 

 

 

 

En 2005, une autre rencontre vient nourrir ses premiers engagements, celle de Nicolas Hulot. Elle devient ambassadrice du Défi pour la Terre au sein de la Fondation Nicolas Hulot aux côtés d’Erik Orsenna, Stéphane Diagana, Yann Arthus Bertrand…. Elle écrit et enregistre Touche pas ma planèteson premier album dédié à la protection de l’environnement. Sa tournée avec le spectacle du même nom sera sa contribution au lancement du Défi pour la Terre.

En 2006, elle écrit Entre mère & Fille” avec sa fille Manon. Spectacle qu’elles créeront et joueront ensemble au festival d’Avignon sur la scène de la Péniche Dalphin blues.

Particulièrement  bien accueilli par le public, ce spectacle dessine mot après mot l’univers particulier d’une mère et d’une fille. Leur échange devient confession et nous fait entrer dans ce mystère profond qui depuis la nuit des temps relie les mères et leurs filles. Dialogue intime, chassé-croisé des vies de l’une et de l’autre. Force de l’émotion où chacune est l’autre. Sur scène, deux femmes se parlent en dehors du temps et de l’espace.

Comme un miroir, le texte nous renvoie une vérité que seul le théâtre peut nous faire toucher avec une telle force et une telle sensibilité. Moment de théâtre où le trouble est d’autant plus grand qu’on ne sait pas ce qui se passe sous nos yeux pour ces deux femmes qui ont écrit ce spectacle et ont choisi de le jouer ensemble chaque soir pour le partager avec le public.

 

 

Entre 2006 et 2009, elle chante le droit des enfants au théâtre Mogador et mène différentes actions avec Solidarité Laïque et la Ligue de l’enseignement.

Cirque d'Hiver à Paris

Grand concert du Cirque d'Hiver

Cirque d'Hiver

Cirque d'Hiver

 

 

 

 

En 2009, elle donne au Cirque d’Hiver le grand concert du droit des enfants pour célébrer les 20 ans de la Convention Internationale des droits de l’enfant en présence de centaines d’enfants venus de France, d’Afrique, d’Amérique du Sud et de ses amis Jacques Higelin, Nicole Croisille et Albert Jacquard. Invité d’honneur, ce dernier fera aux enfants une magnifique déclaration d’espoir pour les inviter à construire autrement le 21éme siècle. Entourée de 12 musiciens, devant deux salles combles et enthousiastes, elle chantera ses plus belles chansons sur le droit des enfants dans le monde. Le double album des chansons de Dominique “Enfances”  sera édité spécialement à cette occasion.

Vidéo Merci Mr Albert Jacquard

Conversations intimes

Sa rencontre et son amitié avec le grand humaniste Albert Jacquard donnera naissance à deux livres Le jardin d’Albert” livre cd jeunesse qui recevra “Le prix des jeunes critiques libanais” à Beyrouth et Conversations intimes” publié chez Stock en 2014 après la disparition du philosophe.

 

En 2011, elle est l’invitée de la scène jeunesse de la fête de l’Humanité pour chanter la solidarité et donne à l’Aquaboulevard un grand concert pour les enfants des Pères Noël verts du Secours populaire.

Entre 2012 et 2015, elle enregistre  trois albums : “Ouvrez vos Mains”, “Le temps d’une chanson” et “Des Voix pour la planète”.

 

 

 

 

Elle publie également deux nouveaux livres cd : “Les Etoiles d’Hubert” dédié à Hubert Reeves. Ouvrage qui sera coup de cœur de l’Académie Charles CROS. Ce livre sera le premier livre jeunesse à aller dans l’espace emporté par Thomas Pesquet  lors de sa mission à bord de la station spatiale internationale. Dans la même collection, elle publiera “Les copains de Julien” en hommage au mouvement Copain du Monde du Secours populaire, dont elle est la marraine.

Nouvel album de Dominique Dimey

D Dimey devant le glacier Island

 

 

 

 

En 2017, elle enregistre chez Polydor un nouvel album “Tout va très bien Madame la Banquise consacré à la protection de l’environnement. Elle entame ensuite une tournée avec ses nouvelles chansons dans une version acoustique.

 


Engagements

Chanteuse du droit des enfants

Tournée auprès des enfants des rues à Madagascar

Dominique Dimey est une femme, une mère et une artiste qui a décidé d’agir et de se battre pour donner une place à l’enfance dans le monde aveugle et confus des adultes, et de convaincre les hommes de tout faire pour préserver la vie sur notre belle planète. Engagée, Dominique soutient et initie de nombreuses actions pour permettre à tous les enfants d’accéder à leurs droits à l’identité, l’éducation, la santé, la culture, l’environnement durable. À travers ses chansons, ses concerts, elle se bat pour faire entendre la voix des enfants et sensibiliser les jeunes et les adultes au respect de leurs droits.

Aux côtés d’ONG comme l’Unicef, le Secours populaire ou Solidarité Laïque, elle chante à travers la France. Partout, elle encourage, témoigne, mobilise.

Dakar Sénégal

On la retrouve, ainsi, à Madagascar avec l’UNESCO, au milieu des enfants des rues, aux côtés de l’UNICEF pour des concerts de soutien comme au Liban dans un camp de réfugiés syriens pour la journée mondiale des réfugiés ou au Sénégal à La médina, pouponnière qui accueille et prend en charge des bébés abandonnés.

 

 

L'hôpital pour enfants

Dans les services de pédiatrie des hôpitaux où elle va chanter pour les enfants en longues maladies et leur raconter ses voyages en chansons.

Le carnet de route de ses rencontres avec les enfants malades a été publié dans un livre illustré par Micheline Reboulleau Chantons la vie à l’hôpital ! Témoignage plein de délicatesse et de sensibilité, ce livre rend hommage à tous ceux qui, dans les hôpitaux, agissent pour la vie des enfants.

 

Le Secours Populaire

Aux côtés de Julien Lauprêtre, Président du Secours populaire français, pour soutenir les Pères Noël verts et Copain du Monde, le mouvement du Secours populaire pour les jeunes, dont elle est la marraine et l’auteure de la chanson, enregistrée et publié dans son livre CD “Les copains de Julien”.

 

 

Dominique Dimey s’engage pour la protection de notre planète !

Après le succès de son spectacle C’est le droit des enfants ! en France et à travers le monde, Dominique a besoin de chanter la vie et le respect de la planète. Vaste sujet, largement commenté et débattu, la protection de la planète est avant tout une question d’intelligence, de courage, de conviction et d’éducation…

En 2005, Ambassadrice du Défi pour la Terre aux côtés de Nicolas Hulot, elle écrit la chanson du Défi pour la Terre  et l’enregistre avec d’autres personnalités ambassadrices du Défi comme elle : Maud Fontenoy, Enzo Enzo, Emmanuel Petit, Stéphane Diagana, Claire Keim et Nicolas Hulot. Elle crée Touche pas ma planète !, un spectacle empreint d’humour et de poésie. Un hymne à la vie, un appel à l’exigence et à la conscience. Elle part ensuite en tournée inviter le public à relever le Défi.

 

Depuis 2005, avec la LPO, la Fondation pour la Nature et l’Homme créée par Nicolas Hulot, Hubert Reeves, ou trois des plus importants mouvements d’éducation populaire en France – la Ligue de l’enseignement, les Ceméa, et les Francas -, elle se bat pour sensibiliser les enfants à la protection de l’environnement dès leur plus jeune âge.

Devant un public acadien formidable !

 

 

 

 

Elle voyage beaucoup pour donner des concerts et développe un programme d’éducation à l’environnement en chansons.  On la retrouve en France et à l’étranger dans de nombreux pays attachés à la Francophonie pour animer des ateliers chansons et des master classes restituées par des concerts réalisés avec des centaines d’enfants sur scène.

Dominique a publié deux livres-cd, créé un nouveau spectacle Enfants du monde et enregistré un nouvel album et un nouveau spectacle sur la protection de la planète Des voix pour la planète.

Elle tourne avec ses spectacles en France, et très souvent ces dernières années hors de nos frontières : en Russie (voir le reportage), en Algérie, en Tunisie, au Japon, à Mayotte (voir le clip), au Liban, au Canada (voir le reportage) et au Sénégal.

Internet ouvre les frontières à ses chansons qui voyagent aux quatre coins du monde où Dominique rencontre un nouveau public très enthousiaste.

 


Dimey père et fille

Acrostiche écrit par Bernard à sa fille Dominique le lendemain de leurs retrouvailles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire de Dominique et de son père est singulière.

Dominique est toujours restée très discrète sur la blessure de son enfance sans père, et les quatre années intenses pendant lesquelles ils ne se sont pas quittés.
La mort de ce père pas comme les autres a été pour elle un peu comme un second abandon.
C’est donc seule qu’après la disparition de Bernard elle a construit sa route et entrepris sa carrière d’artiste.

Depuis, elle explique elle-même : « Certaines blessures se sont cicatrisées et je mesure aujourd’hui combien dans les mots et la musique, dans la poésie et le goût profond de la vérité et de la liberté, mes liens avec ce père hors du commun sont grands… »
Elle a 20 ans lorsqu’ils se rencontrent à Montmartre.
Bernard Dimey, qui est dans une période un peu sombre de son existence, renaît.
Il est fou de joie d’avoir retrouveésa fille et ne la quitte plus pendant les quatre années qui précéderont sa maladie et sa mort.

Bernard Dimey mon père poète   Avec mon père Bernard Dimey

L’arrivée de Dominique dans la vie de Bernard Dimey est un bouleversement.

C’est un épisode évoqué par Yvette Cathiard, la compagne de Bernard Dimey, dans son livre “La blessure de l’ogre” :

« Les affiches de Dimey fleurissent sur les colonnes Moriss car Bernard depuis peu occupe la petite salle Pleyel, le succès lui va bien, il est heureux de ces remous dans son quotidien.
Un midi, rue Véron, Bernard m’attend sur le trottoir devant chez Areski, un éclair dans l’œil :
– Mimi, j’ai une fille !
Je réponds :
– Plus on est de fous plus on rit !…
…La veille, dans les coulisses du théâtre, Dominique, c’est son prénom, pleurait d’émotion, laissant Dimey interloqué d’avoir provoqué un tel bouleversement.
Il est donc son père, cette nouvelle l’assomme, car il ne reconnaît pas vraiment, sur la photo prise vingt deux auparavant, la jeune fille qu’il devait avoir séduite à Montmartre.
La mère de Dominique avait donc eu avec Bernard une très courte histoire et était repartie à Châteauroux, le laissant sans lui révéler son état. Puis elle se maria avec monsieur Blanchard qui reconnut l’enfant et l’éleva. Le hasard voulut que Dominique, désireuse de faire un métier artistique, s’installât à Paris, précisément à cent mètres du quartier général de Bernard, le « lux bar »…
…Dimey est intrigué, perturbé, étonné et heureux de la venue de cette jeune fille dans sa vie de façon aussi inattendue …
…Dominique mettra trois semaines à venir à la maison, retenue par la peur de me rencontrer. A 32 ans, je suis donc une belle mère ; je me demande même parfois si cette fille fantôme existe et pourquoi elle se cache. Je la découvre jolie, grande, blonde, les cheveux longs bouclés et les yeux bleus.
Bernard se trouvant gros, vieux, moche et mal aimé est ravi de cette fille qui le venge et qu’il promène partout.
… Il l’aime c’est sur, mais ses préoccupations sont tournées vers l’intérieur de lui même.
Un jour en haut d’un contrat figure ce nouveau patronyme, Dominique Dimey.
Ce pseudonyme fera endosser à Dimey une paternité officialisée qui après un temps d’étonnement le rend heureux. » 

Yvette Cathiard, extrait de  « La blessure de l’ogre »

Depuis longtemps, Dominique chante les textes de son père.

Dans son album, intitulé Dimey chante Dimey, elle reprend quelques-unes de ses plus belles chansons dont une très belle version de Syracuse et Chanson pour Bernard, la chanson pleine d’émotion qu’elle a écrite pour son père après sa disparition.

En 2016, elle a entrepris l’écriture d’un spectacle intitulé « Dimey Père et Fillenotre rendez-vous » dans lequel elle raconte cette période secrète de sa vie.  Elle y rend hommage à son père poète et reprend plusieurs de ses chansons et poèmes préférés. Ce spectacle est prévu pour 2018.

Bernard Dimey vu par Jean-Louis Foulquier

 

 

 

 

Bernard Dimey est un cactus du pavé de la butte. Ancré là et increvable.
Lorsque nous passons la rue des Abbesses, il me dit : On va à Paris.
Il m’apprend les dangers de la ville et s’emploie à me faire renifler la vie et les secrets de ce quartier. Les choses importantes se passent au village et nulle part ailleurs.
Lorsque je rencontre Bernard Dimey, je ne sais pas encore qui il est. Pourtant, il a déjà écrit Mon truc en plumes pour Zizi Jeanmaire, Mémère pour Michel Simon et Syracuse pour Henri Salvador. Ses Poèmes voyous ont déjà biberonné toute une génération avide de sensations suburbaines.
Il dit ses textes au Gavroche, ou au Tire-Bouchon et se suffit largement d’une notoriété de cabaret.
Dimey est le pacha du village Montmartre et règne en maître sur le sommet de cette pièce montée gorgée de traditions.
Il aime les rituels. Chaque samedi après-midi, il m’attend sur le coup de quatorze heures. Je suis planté devant un petit bouquiniste, le regard rivé sur sa fenêtre.
J’attends son signal pour monter. Il ouvre la fenêtre et gueule sans apparaître : Foulquier t’as du Bordeaux ?
Sans attendre, je m’engouffre dans son allée, sors ma bouteille de Bordeaux et me présente à lui, la gueule enfarinée ! Comme un gamin visitant le Père Noël, on s’assoit face à face.
Je l’écoute parler, bougonner et tourner les pages de son encyclopédie de la vie.
Je le regarde avec un tel bonheur qu’il se sent aimé pour la première fois.
Je deviens son fils adoptif, sa mascotte montmartroise.
Soudain je n’ai plus honte de mon inculture qui devient une chance.
Cette soif d’apprendre et de comprendre bouleverse nos rapports. Désormais, je ne peux respirer sans l’ombre de Dimey. C’est un abri, un havre de paix régénérant, un professeur imprévisible.
Mon guide, premier de cordée. Ma conscience.

Jean-Louis FOULQUIER, Extrait de « AU LARGE DE LA NUIT »
Denoël, 1990, pp 59-60.

 


  1. Tout va très bien Madame la banquise Dominique Dimey 2:53
  2. C'est Le Droit Des Enfants Dominique Dimey 2:25
  3. Touche Pas Ma Planète Dominique Dimey 3:08
  4. Le Bout Du Monde Dominique Dimey 2:27
  5. Remonter le temps Dominique Dimey 2:57